101, rue Bloor Ouest
Toronto ON, M5S 0A1
TÉL. : 416-961-8800
Sans frais en Ontario : 1-888-534-2222
TÉLÉC. : 416-961-8822
info@oeeo.ca

Mot symbole de l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario


Trouver un membre

Projet de loi 37

Un projet de loi historique visant à améliorer l’efficience et la transparence des procédures d’enquête et d’audience est adopté

En décembre, le gouvernement provincial a adopté le projet de loi 37, la Loi protégeant les élèves, donnant force de loi à des modifications réclamées depuis longtemps afin de protéger les élèves et de rendre les procédures d’enquête et d’audience de l’Ordre plus efficientes et ouvertes.

Nous nous sommes entretenus avec Michael Salvatori, EAO, chef de la direction et registraire de l’Ordre, pour explorer ce que signifie la nouvelle loi pour le public et les membres de la profession enseignante.

Pour parler profession Dans un mémoire portant sur le projet de loi 37 que vous avez récemment présenté au comité permanent, vous avez parlé de maintenir la transparence tout en améliorant l’efficience. Ces thèmes figuraient dans le rapport de l’ancien juge en chef de l’Ontario, Patrick LeSage, à qui l’Ordre avait demandé, en 2011, d’examiner ses procédures d’enquête et d’audience. Qu’est-ce qui vous satisfait le plus dans cette nouvelle loi, et pourquoi?

Michael Salvatori Nous avons désormais un énoncé officiel de nos engagements pour améliorer la transparence et l’efficience dans le but de servir l’intérêt du public et d’assurer la sécurité des élèves, et j’en suis particulièrement satisfait. La loi représente notre engagement à nous améliorer. Il s’agit d’une déclaration publique et officielle, enchâssée dans notre loi, de l’engagement que nous avons pris sur la base des conseils de M. LeSage et des recommandations de notre conseil.

Nous dépendons du gouvernement pour modifier nos règlements et notre loi et, dans la plupart des cas, il donne suite à nos recommandations. La loi tient compte de nos demandes; nous avons recommandé des modifications à l’issue de l’examen indépendant et demandé ensuite à la ministre de l’Éducation de les entériner.

PPP Comment la Loi protégeant les élèves permet-elle de mieux servir l’intérêt du public?

MS La loi garantit la sécurité des enfants placés sous la responsabilité des enseignants et, dans les rares cas de non-respect des normes de la profession, elle prévoit un recours. Par exemple, si des allégations de mauvais traitements d’ordre sexuel sont prouvées, le sous-comité n’a plus de pouvoir discrétionnaire quant à l’ordonnance ou la sanction; le certificat du membre en cause est automatiquement révoqué. Je crois que le message est très clair. De plus, si un membre dont le certificat est révoqué souhaite réintégrer la profession, il doit maintenant attendre cinq ans au lieu d’un avant de présenter une nouvelle demande; je parle toujours ici des cas les plus graves. Pour ce qui est de la transparence, nous avons clarifié un certain nombre de nos processus dans notre loi, et avons ajouté des échéanciers. Par exemple, nous ferons de notre mieux pour traiter une plainte dans les 120 jours et, qui plus est, nous avons précisé combien de temps un membre dispose pour répondre à une plainte ainsi que les délais accordés aux tierces parties pour nous envoyer les renseignements requis. Ces éléments, dans leur intégralité, viennent renforcer la confiance du public.

PPP Quelles sont ou seront les preuves tangibles de ces changements?

MS Le nom du membre sera automatiquement publié dans tous les sommaires de décisions disciplinaires. Le public pourra alors voir dans la revue – qui est beaucoup plus accessible qu’une loi – le nom de tous les membres; il n’y aura plus de pouvoir discrétionnaire quant à la publication du nom. C’est un geste qui sera évident pour les membres du public et de la profession qui lisent la revue.

Notre initiative de sensibilisation du public des trois dernières années, qui faisait partie des recommandations du rapport LeSage, est une autre manifestation de notre engagement pour la transparence. Nos présentations nous permettent non seulement de renforcer la notoriété de l’Ordre, mais aussi de parler du projet de loi, des raisons de nos décisions, et de la raison pour laquelle le public devrait accorder sa confiance à notre organisme de réglementation en ce qui concerne nos gestes et notre capacité à travailler à l’intérieur de certains délais.

L’un de nos objets est de communiquer avec le public au nom des membres. Cela va sans dire. Nos recommandations professionnelles font partie intégrante de notre message au public, car elles existent, en partie, pour lui laisser savoir quelles sont les attentes qu’il peut avoir de nos membres.

PPP Pourquoi les membres de la profession devraient-ils s’intéresser à ces changements?

MS Comme nous le savons, la grande majorité de nos membres appliquent les normes de la profession de façon exemplaire. Ils doivent prendre conscience du fait que, quand un membre s’écarte des normes, il s’expose à des sanctions sans toutefois porter atteinte à la réputation de tous les enseignants ou de la profession. Nous savons que nos membres sont des professionnels qui croient à l’intégrité de la profession; je n’ai aucun doute qu’ils accueilleront favorablement ces changements parce qu’ils se soucient de la protection et du bien-être de tous les élèves, pas juste des leurs.

Bien que nous ayons 243 000 membres, chaque année, nous recevons moins de 1 600 plaintes. Autrement dit, moins de un pour cent de nos membres font l’objet d’une plainte. Nous agréons les programmes de formation à l’enseignement ainsi que les cours menant à une qualification additionnelle qui permettent aux membres de la profession de raffiner leur pratique et de voir nos normes d’exercice sous une perspective éthique. Tout le travail que nous faisons sous-tend l’excellent travail des enseignants. Ceux qui choisissent l’enseignement comprennent ce que signifie la confiance du public pour notre profession.

PPP Certains éléments du projet de loi ne reflètent pas la direction de notre conseil. Qu’est-ce que cela signifie pour l’Ordre et sa capacité à servir l’intérêt du public?

MS Nous n’avons pas demandé ni appuyons certaines dispositions. Nous devons miser sur notre solide partenariat avec le ministère de l’Éducation pour aborder les éléments de la loi qui s’écartent des recommandations du conseil. Nous en avons repéré huit, dont un a déjà été pris en compte. Nous continuons à mener des discussions avec le Ministère. La loi est complexe. Bien qu’il y ait des éléments qui, selon nous, doivent être abordés, il y a moyen de le faire, soit par le truchement de nos règlements administratifs, soit d’autres façons, et nous menons des pourparlers avec le Ministère afin de trouver des solutions.

L’essentiel, c’est d’avoir les mêmes objectifs, c’est-à-dire inspirer la confiance du public et assurer la sécurité des élèves. Quand on a le même fondement moral, il existe des solutions.

PPP Diriez-vous que le changement est un processus évolutif?

MS Oui. Cette loi est le fruit de recommandations que nous avons formulées il y a quatre ou cinq ans. Les choses ont changé. Les situations ont changé. Les points de vue ont changé. Nous sommes toujours d’avis que la loi répond aux attentes du conseil en ce qui a trait à la transparence et à l’efficience, mais il y a place à amélioration.

La loi n’est pas statique. Au cours des cinq à dix dernières années, nous avons recommandé des modifications législatives à plusieurs reprises, et certaines d’entre elles ont été adoptées. Dans l’intérim, nous avons eu une élection provinciale et la prorogation du Parlement, en plus de plusieurs autres facteurs imprévisibles. Nous avons toutefois adopté d’emblée 40 pour cent des recommandations de M. LeSage.

Quand nous avons demandé à M. LeSage de procéder à cet examen, il a passé six mois à mener des consultations intensives avec tous nos intervenants. Le conseil a eu suffisamment de temps pour analyser les résultats et organiser un débat ouvert dans une tribune publique. Par la suite, nous avons consulté nos partenaires afin de mieux définir les restrictions qui figurent sur le certificat d’un membre ainsi que notre devoir de communiquer avec les conseils scolaires au sujet de l’échange d’informations. Nous croyons que cette loi est le résultat des consultations et contributions significatives de notre conseil.

PPP L’Ordre va-t-il réclamer des modifications supplémentaires pour améliorer la loi?

MS Nous accueillons favorablement les modifications qui ont été apportées à la loi. Nous avons obtenu 90 pour cent des changements réclamés et nous continuerons à exiger des modifications supplémentaires.

À l’instar des enseignantes et enseignants, nous visons l’excellence. L’amélioration est une de nos normes d’exercice et une facette du professionnalisme. En tant qu’organisme, nous devons observer le paysage législatif, nous tenir à l’affût des changements et trouver des façons de mieux représenter les intérêts du public. Pour ce faire, nous prenons le pouls du public, nous organisons des groupes de discussion (comme ceux de l’été dernier) et nous donnons des présentations dans les collectivités et aux conseillers (où on leur demande d’évaluer nos processus). Ainsi, nous découvrons ce qui inspire la confiance du public en la profession enseignante et notre travail, ce qui ébranle cette confiance et ce que nous pouvons faire pour la renforcer. Nous continuerons de poser ces questions et de préconiser des changements.

En ce qui concerne la transparence, il arrive que le pendule oscille. Le public est plus averti et a accès à l’information. La technologie a véhiculé certaines de leurs attentes et nous suivons – et continuerons de suivre – l’évolution des attentes sociétales.

PPP Pour terminer, quelles conséquences cette loi aura-t-elle sur les autres organismes de réglementation?

MS Quand on a présenté un exposé sur le rapport de M. LeSage, une vingtaine d’organismes de réglementation étaient présents dans la salle pour écouter nos conseils. À l’époque, l’Ordre des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance disposait d’une loi quasi parallèle qui avait été promulguée avant la nôtre et prévoyait en grande partie les mêmes modifications. Ce sont des changements positifs pour les organismes de réglementation parce qu’ils améliorent tous les aspects de la transparence et de l’efficience dans le contexte de l’intérêt public, de la protection des consommateurs et de la protection des enfants.

101, rue Bloor Ouest, Toronto ON, M5S 0A1 / TÉL. : 416.961.8800 / Sans frais en Ontario : 1.888.534.2222 / TÉLÉC. : 416.961.8822 / info@oeeo.ca

© 2019 Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario

Back To Top