101, rue Bloor Ouest
Toronto ON, M5S 0A1
TÉL. : 416-961-8800
Sans frais en Ontario : 1-888-534-2222
TÉLÉC. : 416-961-8822
info@oeeo.ca

Mot symbole de l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario

Ontario College of Teacher

Trouver un membre

L’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario cherchera des façons novatrices d’évaluer les qualifications des réfugiés

17 janvier 2007

Le 17 janvier 2007 (Toronto) – Aujourd’hui, l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a invité la réfugiée iranienne Fatima Siadat et son avocate à une réunion afin de discuter d’autres modes d’évaluation de ses qualifications professionnelles.

«Nous avons accepté la décision du tribunal, a déclaré le registrateur de l’Ordre, Brian McGowan. Nous avons fixé un rendez-vous tôt dans la matinée pour discuter des façons de vérifier si Mme Siadat répond aux exigences de certification de l’Ordre en vue d’obtenir une carte de compétence. C’est un cas unique et le tribunal a clairement indiqué qu’il voulait qu’on mette tout en œuvre pour reconnaître les difficultés que rencontrent les réfugiés au sens de la Convention.

«Au fil des ans, nous avons élaboré un certain nombre d’approches souples pour évaluer les titres de compétences internationales. Jusqu’à présent, nous n’avons pas été en mesure de les appliquer au cas de Mme Siadat. Le tribunal nous a demandé de déployer davantage d’efforts et c’est ce que nous faisons. Nous avons nous-mêmes quelques options à suggérer et nous sommes prêts à considérer celles de Mme  Siadat et de son avocate.»

Mme Siadat a fait une demande de brevet d’enseignement en 1993 auprès du ministère de l’Éducation. Elle n’a pu fournir les documents requis afin de prouver qu’elle répondait aux exigences de certification et, à l’époque, le Ministère n’a pas acquiescé à sa demande.

L’Ordre est responsable de certifier les enseignantes et enseignants depuis mai 1997 et applique les mêmes lois et règlements que ceux sur lesquels se basait le ministère de l’Éducation.

«Les règlements qui régissent les qualifications du personnel enseignant de l’Ontario n’ont pas vraiment changé depuis plus de 25 ans, a fait remarquer M. McGowan. Ces deux dernières années, nous avons formulé de nombreuses recommandations afin d’apporter d’importants changements aux qualifications requises pour enseigner et les faire entrer dans le XXIe siècle. Dans les prochains mois, nous travaillerons avec le gouvernement à l’instauration de ces changements.

«Une des recommandations importantes sur laquelle le conseil de l’Ordre a voté en septembre dernier est la mise en œuvre d’un processus de reconnaissance des acquis pour les postulants comme Mme Siadat. C’est une approche qui se démarque du processus d’évaluation que nous avons adopté il y a 10 ans et qui est strictement basé sur les titres de références.

«Parallèlement, nous avons entrepris des mesures internes qui nous permettent d’appliquer ces recommandations à la réglementation avec une certaine souplesse. Nous fournissons aussi toute une gamme de services aux enseignantes et enseignants formés à l’étranger, à la fois directement à l’Ordre et par le biais de notre partenariat avec Enseigner en Ontario.

«Comme le tribunal l’a reconnu pour le cas de Mme Siadat, l’Ordre a pour mandat de protéger l’intérêt du public.

«Nous devons garantir aux parents, aux élèves et aux conseils scolaires de l’Ontario que le personnel enseignant auquel nous accordons l’autorisation d’enseigner possède les connaissances et les qualifications qui lui permettront de fournir le meilleur enseignement possible à leurs élèves.

«Les enseignantes et enseignants doivent aussi être capables de prouver qu’ils ont les compétences en communication nécessaires, en français ou en anglais, pour enseigner efficacement.»

Le personnel de l’Ordre rencontre régulièrement les enseignants immigrants, tant individuellement qu’en groupes, pour les aider à fournir les preuves de leurs qualifications et de leurs titres de références. Voici certains exemples de l’aide et du soutien que l’Ordre fournit dans des circonstances particulières :

  • Quand un établissement scolaire ne possède plus les relevés de notes d’un postulant, l’Ordre accepte la copie d’un document puis envoie cette copie à l’établissement aux fins de vérification.
  • L’Ordre collabore avec les ambassades et les consulats afin d’obtenir les documents pour les postulants, d’en confirmer l’authenticité et d’intervenir au nom des postulants pour convaincre les établissements scolaires de leur pays d’origine de fournir ces documents.

L’Ordre a formé un partenariat avec la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et les organismes de groupements d’immigrants au sein d’Enseigner en Ontario, un programme qui aide les enseignants formés à l’étranger à mettre à niveau leurs compétences linguistiques et autres exigences de certification, et à chercher un emploi. Enseigner en Ontario est financé par une subvention du ministère des Affaires civiques et de l’Immigration.

– 30 –

L’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a pour mandat de réglementer la profession enseignante dans l’intérêt du public. Il établit des normes d’exercice et de déontologie, mène des audiences disciplinaires et agrée des programmes de formation professionnelle pour plus de 206 000 membres travaillant au sein d’écoles et d’établissements financés par les fonds publics de la province. L’Ordre est l’organisme d’autoréglementation qui compte le plus grand nombre de membres au Canada.

Renseignements :

Gabrielle Barkany
Agente de communications bilingue
416-961-8800, poste 621
Sans frais en Ontario 1-888-534-2222, poste 621

101, rue Bloor Ouest, Toronto ON, M5S 0A1 / TÉL. : 416.961.8800 / Sans frais en Ontario : 1.888.534.2222 / TÉLÉC. : 416.961.8822 / info@oeeo.ca

© 2019 Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario

Back To Top